A Star is Born : révélation de cette fin d’année ?


C’est la semaine de la cinématographie au Canari, ou du moins je suis dans un mood de critique de film.

Après avoir parlé de séries, place au cinéma et au blockbuster du moment : A Star Is Born.

Lecteurs masculins ou lectrices indifférentes aux histoires clichées d’amour continuez à lire car il n’en est rien.

Pour ma part j’ai payé deux fois ma place de cinéma pour aller le revoir ce weekend, une semaine après mon premier visionnage.

Bradley Cooper, acteur principal du très grand film American Sniper, nous emporte de nouveau dans une histoire intriguante, réaliste et très dure.

Personnage principal et également réalisateur de son premier long métrage, Bradley Cooper réalise le troisième remake de l’œuvre de 1937 également nommée A Star is Born. Whitney Houston et Will Smith avaient failli réaliser ce troisième remake dans les années 90, puis Clint Eastwood et Beyoncé il y a peu mais c’est finalement Bradley Cooper qui le met à l’écran. Il y rajoute également une touche d’actualité méconnue de beaucoup d’entre nous : l’ascension de Lady Gaga et son combat pour entrer dans le show-biz.

Il explique dans une interview qu’il a demandé à ses acteurs de se mettre à nu devant sa caméra, pas au sens littéral du terme bien sûr, car lui-même a partagé quelque chose de très profond et personnel dans ce film. Il a également travaillé pendant un an pour pouvoir chanter et jouer de la guitare comme il le fait si bien à l’écran. Lady Gaga a alors abandonné paillettes et maquillage pour montrer qui elle était vraiment avant sa montée sur scène, une femme pleine de doutes et de peines. Bradley Cooper décroche alors la totale niveau jobs : réalisateur, acteur, chanteur, musicien, producteur et scénariste.

Mais maintenant le synopsis. C’est l’histoire d’une star de country un peu oubliée, Jackson Mayne, avec des problèmes d’alcool, de drogue et d’acouphène. Il rencontre par hasard, guidé par une envie pressante d’alcool, une jeune serveuse et chanteuse prometteuse, Ally. Retrouvant sa passion oubliée, un amour fort grandit entre les deux personnages en même temps qu’il la pousse sur les devants de la scène, lui permettant de devenir une grande chanteuse.

Cette histoire très touchante mêle différents problèmes sociétaux comme l’alcoolisme, la toxicomanie, le statut de la femme, le show-business, le rapport à la famille et l’amour profond entre deux êtres, les mondes différents entre riches-pauvres, la musique évidemment, la beauté du corps ainsi que ses standards.

Lady Gaga, alias Ally, témoigne implicitement dans le film : « On m’a toujours dit que j’avais une très belle voix mais mon physique ne suivait pas. J’ai un trop gros nez. »

Quelque chose de tellement futile comme ça ne permet pas à des voix incroyables de trouver des oreilles pour les écouter. Je pense également à Adèle, qui a longtemps et même pendant sa période de grande star, été critiquée sur son physique, pas assez « attirant » pour les fans.

Ce film montre à quel point un couple peut avoir des relations extrêmement complexes et mutuellement destructrices.

Ce n’est pas un film « cul-cul la praline », même si vous pouvez être sûrs, que lorsque Bradley Cooper est torse nu sous la douche les jeunes adolescentes devant vous se mettront à chuchoter, et qu’à la fin du film les personnes qui n’auront pas pleuré se comptent sur les doigts de la main.

Si avec ça vous ne voulez toujours pas aller le voir, je ne sais plus quoi faire. Si toutefois vous êtes tentés de découvrir cette œuvre, une troisième fois pour ma part ne sera pas de refus !


Clara Didier

#astarisborn #cinéma #film #LadyGaga #BradleyCooper

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout