Actualité lilloise et espolienne: récap de la semaine

Angèle nous a fait ‘tout oublier’

Le 6 février 2019, Angèle nous a fait ‘tout oublier’, sauf elle. Ensemble Gucci ou paillettes, après le Splendid, c’est l’Aéronef qu’elle a enflammé,bondé de jeunes filles à franges ou à bérets.

« Je vois que je suis pas loin de chez moi, ici », en tant que proches voisins de sa Belgique natale, les Lillois ont su accueillir la jeune chanteuse comme il se fallait, au rythme de son premier album: Brol. Suite à plusieurs festivals dans lesquels elle traînait des chansons en exclusivité, avec seulement deux singles sortis, la sœur de Roméo Elvis enchante toute la France depuis le début de sa tournée. Parfois avec des airs plus électros, remixés pour l’occasion. Sinon, des sons plus doux qu’elle joue au piano, avec quelques coversaccompagnés de son pianiste et son batteur. Dans les deux cas, succès complet, accueil chaleureux et public déchaîné.

Ce mercredi soir, c’est l’ambiance chaleureuse de la petite salle d’Euralille qui a fait bouger l’amoureuse des loutres sur scène et pas (seulement) la thune. On en redemande et on la retrouvera surtout en mai prochain au Zénith de Lille. Si elle a conquis nos cœurs, elle sait faire de même avec les salles de la capitale Nordique.

Estelle Kammerer

Retour sur les 10 ans de Crises européennes

Le « moment machiavélien » de l’Europe : ce jeudi 7 février, le professeur Luuk Van Middelaar, invité par Thierry Chopin, a abordé son expertise sur l’Europe à travers son livre fraîchement paru Quand l’Europe improvise : Dix ans de crises politiques.

Il établitque, de 2008 à 2018, l’Europe a connu quatre crises majeures, la faisant sortir de sa zone de confort. L’universitaire, qui est aussi l’ancien fonctionnaire de l’Union Européenne établit la crise de l’euro comme facteur de la baisse de puissance économique. L’annexion de la Crimée par la Fédération de Russie a remis en question toute la question des frontières et de la défense, démontrant sa vulnérabilité. La crise des réfugiés a confronté les européens au désespoir d’autrui et à une nouvelle organisation d’accueil. Et enfin la ‘crise Atlantique’ caractérisée par le vote du Brexit et l’élection de Donald Trump constitue une rupture avec des « alliés » de longue date.

Ces évènements ont poussé l’Union Européenne à s’organiser dans l’urgence, le professeur considère que l’organisation a su faire preuve « d’improvisation positive » qu’on peut ici traduire par adaptation. Ces dix années de crises ont permis de reconnaître la fragilité de l’Union et que rien de ce qu’elle a construit est totalement acquis. Cependant, l’auteur de ce livre émet des réserves quant à la capacité de l’organisation d’empêcher un clivage plus important entre l’Est et l’Ouest à l’image de la Guerre Froide. Ce manque de cohésion grandissante constitue aujourd’hui un sujet tabou à Bruxelles, ne permettant pas de réellement régler le problème.

Océane Van Geluwe


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout