Australian Open : Le retour du roi, une finale expéditive !

En ce dimanche 27 février, au sein de la « Rod Laver Arena », il n’y avait qu’un seul joueur : Novak Djokovic. Au cours d’une finale à sens unique, le numéro 1 mondial afait une démonstration de force face à son dauphin en s’octroyant son 15èmetitre de Grand Chelem et en dépassant à l’occasion la légende américaine Pete Sampras et ses 14 titres. Après avoir été en dehors des terrains pendant plus de 6 mois en raison d’une opération au coude, le « Djoker » est revenu plus fort que jamais en survolant tous les tournois depuis juillet 2018 eten les gagnant un à un : Wimbledon en juillet 2018, puis l’US Open en septembre et enfin l’Open d’Australie le week-end dernier aux dépens de son rival de toujours : Rafaël Nadal.

On attendait tous avec impatience cette finale qui s’annonçait comme mythique avec en rétrospective celle de 2012 qui avait opposé les deux hommes au cours d’un match d’anthologie qui s’était achevé par la victoire du « Nole » au terme de cinq heures de match. Ainsi, cette finale 2019 a pris une odeur de vengeance pour le taureau de Manacor qui restait sur plus de 5 ans sans victoire contre Djoko sur dur. On l’a espéré, mais en vain… Pourtant tous les signes prédisaient une finale au sommet : pas un set de perdu pour Nadal au cours du tournoi et des matchs express tous finis en moins d’une heure et demi à chaque fois. A contrario, Djokovic, lui, a perdu un set contre le jeune joueur prometteur russe Daniil Medvedev et a logiquement exterminé tous ses adversaires en 3 sets gagnants, dont un certain Lucas Pouille (dernier français engagé en demi-finale).

Ainsi le résultat fut sec et sans bavures : 6/3, 6/2, 6/3.

Pas un seul instant, Nadal, n’a semblé être en mesure d’effrayer la machine de guerre Djoko qui a tout simplement déroulé face à un Nadal impuissant pour s’offrir un 7èmetitre à Melbourne. En un peu plus de deux heures de jeu, Djoko a fait mordre la poussière à son adversaire en l’écœurant de toutes parts. Par conséquent, il a fallu plus d’une heure et 45 minutes pour que l’on puisse apercevoir la première balle de break en faveur de l’espagnol face à un serbe ultra-dominant. Ainsi, une question est sur toutes les lèvres : où s’arrêtera-t-il ?

Avec 3 titres de Grand Chelem d’affilés en poche, Novak Djokovic arrivera-t-il à être le digne successeur de Rod Laver en remportant les quatre tournois du Grand Chelem consécutivement comme il l’avait fait en 1969 ?

Réponse en mai, à Roland-Garros, où le roi de la terre battue, Rafaël Nadal, tentera de défendre son titre et d’arracher la victoire pour s’octroyer un 12èmetitre sur la terre parisienne face à un Novak Djokovic au meilleur de sa forme et à un Federer vieillissant mais toujours aussi performant.

Une année qui promet d’être pleine de rebondissements et qui pourrait, on l’espère, apporter « enfin » une victoire en Grand Chelem à un français…

#Tennis #sport #australianopen #nadal #Djokovic

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout