"Bodyguard", la nouvelle série sensation de la BBC

Cette série thriller touche un grand nombre de sujets aussi intéressants qu'intrigants.

En essayant de ne pas vous spoiler la série, je vais tenter de vous donner des arguments alléchants qui vous pousseront à vous jeter sur vos écrans. Mais tout d’abord laissez-moi vous donner quelques chiffres : 11 millions de téléspectateurs pour le dernier épisode sorti en septembre, seule la coupe du monde a fait mieux en 2018 selon The Guardian. Soit plus de 47% des parts du marché.

Maintenant les arguments. Tout d’abord des accents britishs et écossais à vous couper le souffle, amateurs d’anglais atypique, cette série est faite pour vous.

Ensuite, un acteur principal, un héros très controversé : Richard Madden. Certains d’entre vous l’on sûrement déjà croisé au détour d’un épisode de Game Of Thrones dans lequel il incarne le célèbre Robb Stark. Plein de charisme, il incarne ici le rôle du personnage David Budd, une personne très perturbée et sensible. Ancien soldat américain, ce vétéran de guerre travaille désormais au Metropolitan Service de Londres. Un nouveau poste lui est assigné, celui d’être le chef de protection, le garde du corps (clin d’œil au titre de la série) de Julia Montague, Secrétaire d’Etat à l’intérieur. Femme politique responsable du départ du régiment de son nouveau garde du corps quelques années auparavant, qui a marqué ce jeune soldat à vie.

Le premier épisode est plutôt lent, certains mettront du temps à entrer dans le cœur de l’intrigue tandis que d’autres, comme moi-même, dévoreront chaque seconde qui passe.

Étant une très grande fan de séries d’action je la recommande vivement. En effet, alors que le réalisateur Jed Mercurio nous laisse penser que la série avance très lentement et que l’intrigue est pauvre, tout nous retombe dessus tout à coup. Cette Secrétaire d’Etat à l’Intérieur alors que David Budd est assigné à sa protection, tente de faire passer une loi sur les données personnelles des citoyens anglais. Une phrase d’un de ses discours résume très bien cette loi « when you type B-O-O-B-S on the internet we won’t be looking at it, but if it’s actually B-O-M-B-S well we might investigate ».

Cette série se rapproche des séries Homeland et House Of Cards en mêlant terrorisme et corruption. J’ai particulièrement apprécié comment Bodyguard nous montre l’envers du décor du travail de cette femme. Combien il est dur de gérer le terrorisme mais également certains politiciens manipulateurs avares de pouvoirs.

Par ailleurs, pour les amateurs de droit constitutionnel comparé, il est satisfaisant de comprendre le mécanisme anglais pour faire passer une loi à la House of Commons.

Quelques mots clés pour vous mettre encore un peu plus l’eau à la bouche : vétéran, guerre, famille, terrorisme, corruption, politique, romantisme, espionnage, manipulation, assassinat, naïveté.

Comme me l’a dit un ami « ce n’est pas digne d’Elite mais je commence à bien aimer ». Cette série est faite pour les filles comme pour les garçons, les jeunes et les moins jeunes.

A vos écrans jeunes espoliens et lecteurs, 6 épisodes de 58 minutes sur Netflix avec un final d’une heure quinze vous attendent.


Clara Didier

#Bodyguard #série #netflix

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout