France 2030

Ce mardi 12 octobre 2021, le président français Emmanuel Macron a présenté le grand plan d’investissement d’avenir intitulé « France 2030 », en présence du premier ministre Jean Castex, devant les ministres concernés, et devant plus de 200 chefs d’entreprises et étudiants. Selon le site officiel du gouvernement, ce plan suit « 10 objectifs pour mieux comprendre, mieux produire à l’horizon 2030 ».


Revenons plus en détails sur ces objectifs, les réactions que ce plan a suscitées et les enjeux pour Emmanuel Macron.



De nouveaux objectifs

Ce nouveau plan lancé par le chef d’Etat présente des défis notamment liés à la transition écologique à travers un plan d’investissement massif. Le gouvernement se veut donc prêt à investir environ 30 milliards d’euros dans divers domaines tels que le numérique, l’industrie verte, la biotechnologie, l’espace ou encore la santé.


Le principal objectif pour Emmanuel Macron et son gouvernement avec ce plan est d’abord de décarboner l’industrie française. Le gouvernement en 2015 s’était engagé à diminuer de 35% les émissions de gaz à effet de serre. Cependant aujourd’hui, seulement une baisse de 4% est observée, ce qui pousse le gouvernement à vouloir investir massivement. Cet investissement concernera également la robotisation et la numérisation de l’industrie.


Dans la répartition du budget, les secteurs privilégiés dans lesquels le chef de l’Etat a donné des chiffres sont nombreux. Un milliard d’euros pour le secteur nucléaire avec la fabrication de petits nucléaires pour une meilleure gestion des déchets.


Quatre milliards d'euros seront investis dans le secteur automobile et aéronautique pour produire d’ici 2030 plus de deux millions de véhicules électriques et hybrides.


Le secteur de l’agriculture prend aussi une place importante dans le plan d’Emmanuel Macron car ce dernier veut investir deux milliards d’euros dans des innovations de « rupture ». Concrètement, le président veut miser dans trois révolutions : le numérique, la robotique agricole et la diversité génétique pour des productions plus résilientes et solides. Emmanuel Macron a aussi promis améliorer la productivité, décarboner la production agricole et éliminer l'utilisation de certains pesticides.


Dans un contexte sanitaire toujours fragile, le président veut investir sept milliards dans le secteur de la santé. En effet, il estime que la France est à la traîne dans ce domaine et appelle à une révolution médicale. Son objectif est ainsi d’avoir 20 biomédicaments contre les cancers, les maladies chroniques et créer de nouveaux dispositifs médicaux.

Pour soutenir les producteurs de logiciel, d’intelligence artificielle ou d’entreprises spécialisées dans l’informatique, notamment en réseau basé en France, 2,5 milliards d’euros seront destinés aux talents pour accélérer la formation sur de nouvelles matières.


Macron veut également que la France devienne « le leader de l’hydrogène vert », notamment grâce au nucléaire, qui, selon le président de la République permet de consommer l’électricité suffisante pour faire de l’électrolyse (processus de conversion de l’énergie électrique en électrique chimique).


La culture est aussi l’un des objectifs de ce plan pour Emmanuel Macron. Il n’a pas donné de chiffres particuliers mais appelle les professionnels français de la culture à faire face à la concurrence de Netflix, Amazon et autres services de culture étrangers, notamment en construisant de grands studios et « l’imaginaire français de demain ».


Ce plan « France 2030 » est aussi dédié à l'exploration de l’espèce et des fonds marins et à la sécurisation de l’approvisionnement en matériaux. Le chef de l’Etat veut également doubler la capacité de production des composants.


Enfin, il a fait un point sur l’économie du pays voulant réconcilier la France des start-ups et celle de l’industrie. Il a pour objectif de retrouver le chemin de l’indépendance française et européenne. Ces objectifs sont donc nombreux et importants. Ils impliquent aussi de nouvelles dépenses et ont suscités de vives réactions de la part du gouvernement comme de l’opposition.





Réactions

En première ligne, c’est le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire qui a affirmé que ce plan d’investissement créera 45 milliards d’euros de richesse supplémentaire d’ici 2030. Le ministre a aussi voulu donné des précisions sur la répartition de cette somme plutôt conséquente qui touchera donc 50% des PME, des start-ups et des entreprises de taille moyenne… Évidemment des réactions liées au creusement de la dette causée par ce plan s’ajoutant au plan de relance de 100 milliards d’euros se sont faites entendre mais le locataire de Bercy s’est voulu rassurant lors de son interview avec le journal Le Parisien : « Cela ne change pas la trajectoire que nous nous sommes fixés c’est-à-dire repasser sous les 3% de déficit public en 2027 pour réduire cette dette ».

Du côté de l’opposition, les critiques ont fusé sur les réseaux sociaux. Le président de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon a qualifié ce plan de « propagande macroniste » tandis que Marine Le Pen estime que le Président de la République veut « redorer son blason électoral avec des promesses qui n’engagent que son successeur ».



Quels enjeux pour Macron ?

Comme le dit la présidente du Rassemblement Nationale, ce nouveau plan, lancé par Macron six mois avant les présidentielles, n’aurait-il pas déjà des aires de campagne présidentielle ? En effet, il pourrait servir au président de la République de tremplin pour la présidentielle de 2022. Il pourrait également lui servir pour continuer de se montrer comme un président réformateur, tel qu’il l’avait promis lors de sa campagne pour l’élection présidentielle de 2017.


Le président veut ainsi porter une nouvelle stratégie pour innover, produire, exporter et financer le modèle social. Le président cherche alors à redonner un nouveau souffle à son mandat, chamboulé par les chocs sociaux avec les gilets jaunes et épidémiques avec la crise sanitaire. Reste à voir si ces investissements permettront à la France de « répondre aux grands défis de notre temps » comme l’a affirmé le Président de la République Française.

24 vues0 commentaire