Gamestop: premier événement sur le marché boursier

Gamestop est une société anonyme américaine spécialisée dans la vente de jeux-vidéos, de produits hi-techs gaming et de consoles. Pourquoi cette affaire intéresse non seulement les adeptes de bourse mais également les joueurs français ? En 2008 l’entreprise traverse l’Atlantique pour acquérir Micromania et connaîtra jusqu’en 2019 un succès fructueux. Cependant récemment, elle multiplie les dettes sans pouvoir les rembourser et dès la fin de 2020 par question de survie, elle fait appel au financement public externe. En mettant en circulation ses actions, Gamestop n’attendait pas de tels résultats : une demande exponentielle mais aussi un affolement général face à un cours du marché dérégulé.



Pour comprendre cet événement il faut rappeler quelques concepts : tout d’abord une action est un titre de propriété mis en vente sur le marché boursier par une entreprise. En pratique posséder une action c’est posséder un certain pourcentage de l’entreprise. Le prix de l’action se régule sur le marché en fonction de la demande : lorsqu’elle se fait rare son prix augmente. Le nombre d’action en vente est déterminé en amont par l’entreprise. Ensuite, le short-sell est une technique de rapidité où un spéculateur achète une action d’entreprise, la revend sur le marché à un prix légèrement en dessous de la norme tout en espérant que son prix est délétère du fait de la situation financière calamiteuse dans laquelle se trouve la société. Si le miracle se produit, le prix de cette action a en effet baissé fortement, le spéculateur décide de racheter pour une bouchée de pain l’action qu’il avait précédemment vendu beaucoup plus cher.


Appliqué à notre cas, voyant l’entreprise Gamestop mendier de l’aide auprès de ses concurrents, de petits spéculateurs tels que le youtubeur Roaring Kitty, des Twittos ou encore des membres du forum Wallstreetbets, se sont emparés des actions Gamestop. L’appropriation massive et soudaine des titres de l’entreprise s’explique par la rapidité de l’information diffusée sur les réseaux sociaux et par la solidarité des communautés présentes sur Internet. Ce mouvement a provoqué la montée en flèche du cours de l’enseigne, par conséquence les grands noms du marché boursier se sont affolés par l’investissement populaire. En effet des analystes médiatisés et hommes fortunés ont vivement critiqué l’entrée en jeu de ces « petit-gens ». D’ailleurs, les plateformes permettant d’acheter les actions ont parfois suspendu la vente d’action Gamestop, ce qui est illégal compte tenu de l’existence d’un calendrier officiel informant sur les dates de fermeture du marché boursier. Cette mesure arbitraire a entraîné la cristallisation de 44% des actions Gamestop.



Contre ces vives controverses et les entraves à leur liberté, les possesseurs d’actions Gamestop n’ont pas attendu pour réagir : ces derniers menacent de ne pas revendre leurs actions pour continuer de bloquer la situation, contester la fermeture des plateformes mais aussi et surtout dévoiler la réalité des inégalités de participation aux activités boursières comme si les citoyens des classes populaires n’étaient pas légitimes à agir dans le monde de la bourse. Ce domaine serait en effet réservé à une élite fortunée.


20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout