La Honte : football et racisme


[Crédits : https://twitter.com/ibfk2014]



La goutte d’eau.


Le 8 décembre 2020 est à marquer d’une pierre blanche pour l’histoire du football. Le Paris Saint Germain était ce soir-là, opposé au club Stambouliote de Başakşehir. C'est à la 13ème minute de jeu que tout dérape. Après une faute commise par Presnel Kimpembe, le banc de Başakşehir fait part de son mécontentement envers le 4ème arbitre de la rencontre, Sebastian Colțescu. Après quelques secondes de flottement, l’arbitre principal de la rencontre, Harlem Gnohéré, sort un carton rouge à l’encontre de Pierre Achille Webo. Le membre du staff semble très énervé et le rouge semble alors mérité, Webo respecte ce carton et s’éloigne du terrain de manière très calme et responsable, mais c’est Demba Ba, attaquant de l’IBFK prenant conscience de la gravité de la situation, qui va confronter ter le quatrième arbitre. C’est là que tout s’emballe, Gnohéré et Colțescu tentent le tout pour le tout pour essayer d’étouffer la situation mais c’est déjà trop tard. Cette fois les protagonistes ne se laisseront pas faire. L'absence de supporters permet d’entendre tous les échanges entre les joueurs et le corps arbitral. Demba Ba, figure principale de l’altercation ne cesse de demander des comptes au à l’arbitre en lui demandant pourquoi il a désigné Webo comme “le noir là-bas” pour indiquer à l’arbitre central de lui mettre un carton de rouge. Le constat est clair, grâce à Demba Ba tous les joueurs se révoltent et élèvent leurs voix. À ce moment-là deux problèmes se posent. Premièrement, comment un représentant de l’UEFA peut se comporter ainsi envers les membres du staff turc ? Deuxièmement, comment, en ayant entendu ces propos, l’arbitre central peut décider de ne rien dire et de sortir le carton rouge sans un mot?



[https://twitter.com/sofoot]



Les choses bougent, enfin...


En tant que passionné de football depuis que j’en ai le souvenir, la première chose qui me vient à l’esprit est un profond sentiment de honte. Honte, que ce sport censé véhiculer des valeurs de respect et de fraternité, puisse être mis en spectacle de cette manière. Mais avec du recul, c’est la fierté qui l’emporte. Un réel sentiment de fierté, rendu possible grâce à la réaction des joueurs présents. Pour une fois, les choses ont changé. Trop nombreuses sont les fois où les joueurs se sont plaints d’incidents racistes et rien n’a bougé dans l’immédiat, ni même sur le long terme. Chaque fois, le sport reprenait son cours et les joueurs étaient condamnés au silence. Lors de ce PSG-IBFK, il s’est passé quelque chose de “malheureusement” inédit. Et bien au-delà de l’action remarquable de Demba Ba, c’est la communion entre les joueurs parisiens et stambouliotes qui était remarquable. Les joueurs et le staff de Başakşehir ont très rapidement fait comprendre qu’ils ne joueraient pas un match dirigé par ce corps arbitral. La solidarité des parisiens a été immédiate, d’abord Mbappé, Neymar et Marquinhos sont venus confronter le 4ème arbitre pour soutenir les demandes des turcs. Puis, après avoir pris connaissance des propos tenus, Presnel Kimpembe a directement désigné le vestiaire à ses coéquipiers en signe de protestation. Contrairement à la volonté de Gnohéré et Colțescu, le match ne reprendra pas comme si rien ne s’était passé.



L’UEFA pas à la hauteur.


Beaucoup de fans, de joueurs et de journalistes, ont été déçus par la réponse de la plus haute instance du football européen face à cette situation, et à juste titre. Après avoir annoncé la logique interruption de la rencontre dans un premier temps, l’UEFA a ensuite dû ouvrir une enquête et surtout prendre des mesures pour faire reprendre la rencontre. La première proposition a alors été d’effectuer un changement d’arbitre en mettant Colțescu dans le camion de la VAR. Quelle faible réponse par rapport à l’ampleur de l’incident. La proposition a bien évidemment été rejetée. Au même moment sur Twitter, une vague d’indignations déferlait sur l’UEFA. En effet, tout le monde attendait de l’instance des mesures fortes. Dans un premier communiqué le compte officiel de l’UEFA déclare : “L’UEFA a connaissance d’un incident lors du match de Ligue des champions de ce soir entre le Paris Saint-Germain et Istanbul Basaksehir et mènera une enquête approfondie. Le racisme et la discrimination sous toutes ses formes n'ont pas leur place dans le football.”. Après de longues minutes d’attente, elle n’a cependant pas été en mesure de proposer des conditions acceptables pour reprendre la rencontre dans l’immédiat. Le compte a alors annoncé quelques minutes après le report de la rencontre au mercredi 9 décembre, avec un corps arbitral entièrement remanié, ainsi que la poursuite des investigations envers les deux arbitres mis en cause.


De ce triste épisode, il faut retenir l’action exemplaire des joueurs et du staff des deux équipes qui ont su pour une fois provoquer le changement et ont obligé la plus haute instance européenne à intervenir correctement dans cette affaire.



Grégoire Bellière

28 vues0 commentaire