La nouvelle politique étrangère de Joe Biden


Presqu’un an après l’élection de Joe Biden, les États-Unis apparaissent comme étant « back on track ». Is that so ?

Joe Bien entend réformer les États-Unis, et pratiquer une politique fondamentalement différente de celle de Trump. Outre le fait que ce dernier soit un républicain et Biden un démocrate, la présidence de Trump a radicalement plongé le pays dans le chaos, jusqu’à atteindre un seuil jamais franchi, une tentative de destruction de la démocratie au Capitole (Washington). Entre ses fake news, ses mensonges, sa proposition d’injecter de la javel dans le corps pour lutter contre la covid, et son compte Tweeter, l’ancien président nous en aura fait voir de toutes les couleurs. Mais Biden veut tirer un trait sur cette présidence désastreuse, et construire un nouveau futur pour les États-Unis.



Trump, qui s’était retiré de toute coopération internationale, a isolé les États-Unis sur la scène mondiale. Biden entend rétablir la confiance des pays alliés : "les Etats-Unis doivent redevenir un phare de la démocratie dans le monde » (Why America must lead again, Joe Biden, dans le journal Foreign Affairs). Un objectif plutôt réussi, avec de nombreuses visites dans différents pays, des promesses, un retour dans l’Accord de Paris, lutte contre les interférences de la Russie… Ce projet est pourtant malmené par l’affaire des sous-marins avec l’Australie, qui met Biden dans l’embarras face à un président Macron fortement mécontent (et possiblement humilié ?).


La question de l’immigration, très importante chez Trump, s’est traduite chez lui par la construction d’un Mur, et la séparation des familles mexicaines à la frontière. Biden voulant apparaître plus empathique et libéral, annonce interdire ce genre de centres et pratiques, et augmente le nombre de réfugiés admis par an. Cependant, il maintient toujours certaines politiques établies par Trump lors de son mandat, comme la possibilité de renvoyer les demandeurs d’asiles à la frontière en utilisant le prétexte de l’épidémie du Covid-19.


Dessin déjà commencé par Trump, Biden a choisi de retirer ses forces militaires de l’Afghanistan, 20 ans après le début de la guerre. L’opinion publique n’y était plus favorable et le nouveau président voulait se concentrer sur les intérêts nationaux du pays. Mais, Biden a été vivement critiqué concernant la façon dont les troupes américaines se sont retirées, certains évoquant son incompétence et un « déni de réalité ». En effet, le départ des américains de Kaboul a laissé un sentiment amer : après 20 ans de guerre, pour au final avoir un retour des Talibans au gouvernement sans encombres ?



Ce qui est sûr, c’est que Joe Biden veut montrer au monde que ses États-Unis ne seront pas ceux de Trump, et veut défaire toute méfiance à leurs égards. Va-t-il réussir ou échouer, seul le temps nous le dira.

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout