La PMA pour tous, encore un long débat ?


Ce mardi 24 septembre s’ouvrait la révision, à l’Assemblée Nationale, de la loi bioéthique établie en 1994. Celle-ci prévoit que « tout projet de réforme sur les problèmes éthiques et les questions de société soulevées par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé doit être précédé d’un débat public sous forme d’états généraux ». Mais quels ont été les temps forts de ce projet de loi ? A-t-il été accepté par tout le monde ?

Parmi la recherche sur les embryons, le don d’organes, la possibilité de faire des tests génétiques ou encore le remboursement pour toutes, c’est bien la question de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) qui est au centre des débats. Pendant sa campagne de 2017, Emmanuel Macron promettait aux Françaises l’ouverture de la PMA à toutes. Et aux premiers abords, le Président est à même de ses promesses : l’article 1er du vaste projet de loi a été adopté par 55 voix contre 17, avec 3 abstentions. Malgré cette majorité de voix, la PMA ne satisfait pas tout le monde : par exemple la vice-présidente républicaine de l’Assemblée Nationale, Annie Genevard, parle d’un « père évincé ». Cette opposition s’est aussi manifestée du côté des Français : le 14 septembre se tenait à Lille la « Manif pour tous », formellement opposée à la PMA et qui a rassemblé tout de même une cinquantaine de personnes.

Le vote officiel du texte est prévu pour le 15 octobre mais beaucoup de questions pèsent encore sur ce projet : la PMA pour les couples lesbiens, la nationalité des enfants nés d’un don ou encore l’enjeu de l’argent. La presse étrangère prend également part dans le débat qui agite le pays, à l’instar du journal britannique The Guardian qui estime que « la nouvelle loi permettrait à la France de rattraper la plupart de ses voisins » comme en Belgique, où toutes les femmes ont accès à ce dispositif médical. Ce débat national est donc encore une affaire à suivre…


0 vue0 commentaire