Le projet Europacity

Le Président de la République l’a annoncé le jeudi 7 février, le projet EuropaCity est définitivement abandonné. Le méga-complexe prévu pour 2027 ne verra pas le jour. Revenons pas à pas sur ce projet, les contestations auquel il a fait face ainsi que sur cet abandon.


Un projet ambitieux


EuropaCity, « plus grand parc de loisirs d’Europe » peut-on lire sur son site internet. En effet, ce projet à 3,1 milliards d’euros se voulait ambitieux. En 2012, naquirent les premières esquisses architecturales de ce mégacomplexe. Construit sur une surface de quatre-vingt hectares, il aurait dû regrouper des loisirs, commerces, hôtels, restaurants, parcs et même une ferme urbaine. Construit dans la commune de Gonesse dans le Val d’Oise, à proximité de l’autoroute A1, de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle et Paris-Le-Bourget, desservi par le Grand Paris Express ainsi que par la gare du Gonesse et par les transports routiers collectifs, EuropaCity avait tout pour réussir, mais également pour plaire. Une création de plus de onze mille cinq cents postes avait été annoncée et accueillit avec enthousiasme par la population. En effet, dans cette partie déshéritée du département, cette perspective de développement économique représentait un bol d’air pour la région et ses habitants, touchés de plein fouet par le chômage.


Ce site s’inscrit dans le projet de construction du Triangle de Gonesse qui souhaite faire émerger sur plus de sept cents cinquante hectares (dont quatre cents hectares consacrés à des terres agricoles) une gare, des lignes de métros et RER, EuropaCity, un quartier d’affaires, une lisière agricole ainsi qu'un parc créatif.


Un projet de plus en plus contesté


Cependant, ce projet titanesque n’a pas fait que des heureux. L’artificialisation des terres agricoles sur cette surface de près de trois cents hectares à fait bondir de nombreux habitants, associations et élus qui n’ont pas tardé à se faire entendre. Marches, manifestations, blocages, rassemblement devant Matignon ont étaient organisés afin de dénoncer ce temple de la consommation.


Aussi, cette promesse d’emploi qui a tant séduit les habitants se révèle en fait être en demi-teinte. EuropaCity représente en effet, un concurrent pour tous les commerces situés dans la zone. Ouverture de centres commerciaux et desertification des centres villes allant de paire, Europacity entrainerait lui-aussi la fermeture progressive des commerces de la région. Un projet d’une telle envergure sonnerait le glas des commerces de proximité et donc, des emplois qui en découlent.


Ce que traduit cet abandon du projet


Tout d’abord, cet abandon est le signe d'une vitalité démocratique. En effet, citoyens et associations n’ont cessés de manifester contre ce projet et ont fini par se faire entendre. Premièrement, par le voeux de créer un projet plus respectueux de l’environnement puis, par une étude sur la suspension définitive ou temporaire du site et enfin, par l’abandon pur et simple de celui-ci. Les contre-pouvoirs incarnés par la société et les organisations ont donc toujours un rôle à jouer dans notre démocratie.


Cet abandon est également la preuve d’une prise de conscience des enjeux climatiques. D’une part, des citoyens et d'autre part, des élus et du gouvernement. La société se mobilisant de manière grandissante concernant ces enjeux, l’Elysée ne peut plus faire la sourde oreille. La prise en compte de l’écologie doit faire partie intégrante des processus de décisions. Les pouvoirs publics ne peuvent désormais plus l’ignorer, pour preuve, l’abandon d’EuropaCity.


Un abandon d'Europacity, pas du triangle du Gonesse


EuropaCity s’inscrit dans le projet de construction du triangle de Gonesse s’étendant sur plus de deux cents quatre-vingts hectares. L’abandon de ce mégacomplexe est donc une première victoire pour les écologistes mais cela ne rime pas avec la fin de l’urbanisation de cette surface. Les deux cents quatre-vingts hectares restent ainsi sous la menace de l’artificialisation des sols. Projet à surveiller...


Louise Fournier

4 vues0 commentaire