Octobre Rose


Vous en avez certainement entendu parler, que ce soit sur les réseaux, à la télé, dans l’actualité, ou même ici, sur les locaux de médecine qui affichent fièrement « Octobre Rose » : ce mois d’octobre revêt la couleur rose pour se mettre au service de la lutte contre le cancer du sein.

Depuis maintenant 26 ans en France, le mois d’octobre va de paire avec celui d’une mobilisation tant nationale qu’internationale pour la sensibilisation au cancer du sein. Cette initiative d’utilité publique qu’est la campagne « Octobre Rose » lancée par l’association « Le Cancer du Sein, Parlons-en », s’inscrit dans une démarche concrète d’encouragement au dépistage pour prévenir les risques du cancer du sein le plus tôt possible. L’énorme avancée en matière de traitements thérapeutiques que connaissent depuis plusieurs années nos sociétés occidentales, à travers les recherches et soins, constitue évidemment un axe central dans cette lutte contre la maladie. Une lutte qui qu’il faut aujourd’hui allier avec un processus de sensibilisation, celui-là même qui est au coeur de ce mois d’Octobre Rose.

Le cancer du sein est le cancer féminin le plus répandu. En termes de chiffres, on parle d’une femme sur huit qui y serait confrontée au cours de sa vie. Même si le risque de maladie augmente avec le temps et touche donc plus fréquemment les femmes au delà de 40 ans, de plus en plus de femmes en deçà de cet âge sont également touchées, d’où l’importance de sensibiliser les plus jeunes. C’est d’ailleurs l’une des portées principales attendues par cette action : informer et sensibiliser chacun, quel que soit son âge. Les sujets principaux de ces différentes recommandations sont évidemment les femmes, même s’il ne faut pour autant pas oublier les hommes, qui peuvent également être touchés par cette maladie. Bien qu’impliqués à un moindre niveau (moins d’1% des personnes ayant le cancer du sein sont des hommes), ils ne sont pas à exclure de la liste des victimes potentielles.

Alors, que se passe-t-il concrètement au cours de ce mois ?

Comme certain ont pu le remarquer le 1er octobre dernier, la Tour Eiffel s’est éclairée de rose pour annoncer le début de la campagne. Celle-ci sera animée par différents acteurs comme des médecins, scientifiques, mais aussi les malades eux-mêmes, pour qui cette date permet de se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls. L’objectif affiché est dans tous les cas le même : informer le grand public sur ce combat, qui passe notamment par le dépistage, et donc de sensibiliser toute une population sur ce cancer. Tout au long du mois, des événements en tout genre sont ainsi organisés à travers la France et le monde entier comme des expositions, des manifestations ouvertes à tous, des collectes de fond, des rencontres ou conférences avec des hôpitaux, cliniques, etc. Ce combat a pour conséquence directe une mobilisation répandue (à l’instar de Cristina Córdula, ambassadrice du mouvement depuis 2017), autour d’une même cause portée par ce slogan « Tous unis par une même couleur ».

Grâce à ces différents plans nationaux et aux dernières évolutions médicales que connaissent notre société, la France a vu une réduction du nombre de victimes du cancer du sein depuis une quinzaine d’années. C’est pourquoi, il est toujours aussi important de véhiculer les messages de sensibilisation et d’information autour de cette maladie pour mieux pouvoir l’appréhender et l’éradiquer. L’initiative d’Octobre Rose est ainsi essentielle pour pouvoir mettre en lumière, aux yeux de tous, ces différents enjeux.

L’association « Le Cancer du Sein, Parlons-en » nous le rappelle : il est « indispensable de continuer le combat ».

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout