Retour sur la simulation parlementaire sur la laïcité

Tous les deux mois, le Parlement des étudiants de Lille organise une simulation parlementaire visant à débattre d’une proposition de loi sur un sujet d’actualité. Cette association cherche à promouvoir le débat démocratique en favorisant l'apprentissage de la citoyenneté. Son ambition est la réconciliation entre citoyens et institutions en matérialisant la politique avec la visite des institutions, l’intervention de notables dans le domaine politique et ces simulations. ESPOL fait parti du Parlement des Étudiants de Lille, avec la liaison de l’association A vos Bancs! Le mercredi 28 Novembre 2018 a eu lieu la simulation sur la laïcité au Conseil Régional des Hauts de France, à cette occasion une soixantaine d’étudiants de divers d’horizons étaient présents. Une quinzaine d’entre eux venaient d’ESPOL et étaient déterminés à défendre le projet de leur parti respectif.

Comment cela fonctionne?

Avant de siéger, les députés improvisés ont deux-trois semaines devant eux pour étudier la Proposition de Loi présentée par un parti de l’Assemblée. Pour une question d’équité chaque parti en effectue une dans l’année universitaire et c’est le groupe la France Souveraine qui a engagé le débat sur la laïcité. L’orientation de ce parti est plutôt souverainiste et eurosceptique (à relativiser évidemment).

Après l’étude de la Proposition de Loi, les groupes choisissent de valider les articles de loi, les supprimer ou encore proposer des amendements. Une fois un plan établi, ils rédigent une mise à jour du Projet de Loi qu’ils envoient la veille de la simulation. La veille donc, les membres d’un groupe se retrouvent pour chercher des attaques sur les autres propositions afin de pimenter le jeu.

Ce n’est que le lendemain que tous se retrouvent, apprêtés pour certains ou telle qu’ils sont pour d’autres. Le groupe proposant la loi présente son projet pendant cinq minutes à l’occasion d’un discours: références cinématographiques, sociologiques, tout est au rendez-vous pour convaincre ou capter l’attention. À la suite de cette présentation globale, les partis ayant créé des amendements viennent les présenter à leur tour pendant trois minutes. C’est suite à cela que chaque groupe dispose d’un temps limité de parole pour attaquer, défendre ou questionner le projet. S’en suit alors un vote à main levé afin d’évaluer la validité du projet.

Résultats de la simulation du 28 Novembre 2018

Durant trois heures, les députés se sont acharnés à défendre leur idéal en matière de laïcité. Au final, chaque groupe a voté à l’unanimité pour adopter les divers amendements et articles proposés. Il faut toutefois noter qu’à la suite d’un problème technique, ils n’avaient pas la proposition de loi finale sous les yeux. Ils l’ont donc validé simplement car chaque groupe avait réussi à imposer des mesures, ou avait des opinions assez proches avec un autre parti. Beaucoup de propositions du groupe de la Nouvelle Gauche ont été validées visant à une égalité de jugement sur les associations cultuelles. La mesure proposée par France Souveraine concernant une taxe sur les produits halal pour financer le culte musulman a été rejetée.

Concernant les modalités d’expressions des cultes dans l’espace publique, les amendements du Rassemblement de la Droite Républicaine, du Front de la Tradition et de la Gloire (bonapartiste) et de la Nouvelle Gauche ont été validés. L’article 3 concernant l’étude des religions dans le monde scolaire a vu l’amendement du Mouvement Démocrate Libéral (centriste) validé, le fait religieux est alors enseigné dans une dimension historique et laïque comme un socle commun. Cette simulation nous a démontré que nous assistons aujourd’hui à un retour du religieux dans la société française. La question de la religion refait surface en prenant une autre forme. Depuis la loi de 1905, l’Etat français ne reconnaît aucun culte. Toutefois, il doit prendre en compte l’organisation interne de chacun des cultes dans la mesure où ces derniers n’entrent pas en contradiction avec les règles républicaines. Certaines associations cultuelles n’ont pas été prises en compte, les discriminants ou laissant libre cours aux dérives. Afin d’empêcher la formation de communautarisme, il est donc nécessaire de répondre aux nouveaux défis de la laïcité.

#laïcité #Parlement #étudiants #Lille

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout