« Sommes-nous tous concernés par le féminisme ? »

ne revendication, une volonté d’un monde meilleur, plus équitable, mais surtout un état d’esprit. Voilà ce qu’est le féminisme.

Larousse définit ce concept comme un « Mouvement militant pour l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société ».

« Libérer la parole ». En effet, L’affaire Weinsten a été le déclencheur d’une vague de mobilisation sur les réseaux sociaux ; permettant aux femmes victimes de harcèlement de prendre la parole.

Les fameux « metoo » « #balancetonporc » hastags significatifs de la période de revendication qui suivit cette affaire suscita de fortes controverses. Une stigmatisation du sexe masculin ou une incitation à libérer la parole des victimes de harcèlement sexuel…

Femmes et Hommes ont pris part à ce débat, qui relève nécessairement du féminisme puisque ce hastag était destiné à revendiquer le droit de ne pas être importuné.

Le féminisme nous concerne-t-il donc tous et toutes ?

Différentes sortes de féminisme :

Le féminisme intersectionnel est un terme crée par Kimberlé Crenshaw en 1991. Cela signifie qu’une personne est victime d’une multitude d’oppressions ou de discriminations. « Racisés » c’est le terme qui signifie être à la fois victime de sexisme et de racisme.

Nous pouvons associer à cette catégorie le « black feminism ou l’afro-féminisme »

Ce sont des militants qui ne se sentent pas à leur place dans les autres courants du féminisme, car ils ne se reconnaissent pas dans les mouvements féministes ni dans les associations antiracistes.

Le féminisme intersectionnel est contre la mixité, même s’il est d’avis que toutes les voix doivent êtres entendus. Ce courant ne souhaite pas que les hommes prennent part à leurs discussions car « ils ne sont pas directement concernés ». Il en est de même avec les femmes de couleur blanche qui ne sont pas concernées ou victime de racisme.

« Ce collectif est non mixte car nous pensons être les mieux placées pour saisir les armes de notre émancipation. MWASI n’est ni contre les Hommes ni contre les autres groupes ethno-raciaux. En effet, iels pourront se joindre à nos actions en tant qu’Allié.e.s après concertation des membres du collectif. » Description de l’association afro féministe, intersectionelle MWASI

En 2016, lors de la polémique sur l’interdiction du burkini sur les plages, l’association « Les éffronté-es » a fortement protesté. Ces militants estiment que le port du voile est une liberté que chacune est en droit d’exercer, et affirment qu’il est possible de porter le voile et d’être féministe.

Les questions concernant le port du voile et l’exclusion des personnes considérées comme « non concernées » opposent radicalement le féminisme intersectionnel et le féminisme universaliste.

« On ne naît pas Femme, on le devient ». Les paroles de Simone de Beauvoir résument parfaitement la pensée universaliste. Ce courant prône la défense de l’intérêt général des femmes à tous les niveaux : égalité des droits, l’appropriation de leur corps, l’émancipation de la femme au niveau religieux…

La différence biologique ne justifie en rien les inégalités entre les Hommes et les Femmes ; les universalistes considèrent qu’il s’agit plus d’une question de culture.

La laïcité est un thème essentiel pour la cause universaliste. Pour la grande majorité de militants, la loi de 2004 concernant l’interdiction de porter des signes religieux ostentatoires dans les écoles publiques de primaire est une mesure nécessaire pour l’émancipation de la Femme. En effet, elles considèrent le voile comme un élément patriarcal. Ces féministes sont également en faveur de la contraception ainsi que la légalisation de l’avortement dans les différents pays du monde. En revanche, elles se battent contre la prostitution, la pornographie ainsi que l’hypersexualisation de la Femme dans les médias.

Ces activistes considèrent qu’Hommes et Femmes doivent pouvoir participer au débat féministe de manière égale. De leurs points de vue c’est cette mixité qui permet de tendre vers une société égalitaire.

Les féministes ont différentes manières d'exprimer leurs revendications. Des campagnes de sensibilisation telles que "Ruban Blanc" ou encore une mobilisation des réseaux sociaux dans le but d'effectuer une dénonciation "#balance ton porc". Des actions plus bruyantes sont également effectuées. "Les Femen" sont souvent qualifiées de "provocatrices" ou "dérangeantes". Lors de l'interrogation de vos camarades Espoliens, les avis étaient plutôt divisés concernant la question de protester "les seins nus". Certains affirment que c'est le moyen de se faire entendre. On retiendra les propos d'Augustin V. «Tout processus passe par une révolution ». D'autres que cela peut nuire à l'image du féminisme. Qui sont les Femen?

Le mouvement féministe « Femen » a été créé en 2008, en Ukraine. Cette association comporte aussi bien des Hommes que des Femmes. Ces activistes sont actuellement présentes dans 8 pays. En France nous en comptons environ une centaine. Ces militantes ciblent le patriarcat, l ‘église orthodoxe et les dictateurs Leur principal moyen d’action est l’utilisation de leur corps comme un moyen d’expression.

« En Ukraine, voir une femme nue est normal, que ce soit sur les panneaux d’affichage ou dans les magazines, mais c’est toujours un seul type de nudité fortement exagéré. Pendant deux ans, nos manifestations n’étaient composées que de pancartes et ne suscitaient que peu d’intérêt de la part des passants. On a alors compris que les citoyens préféraient regarder les femmes plutôt que de les écouter, donc on a écrit les mêmes messages mais sur nos corps dénudés. » Inna Shevchenko, une figure majeure des « Femen ».

Pourquoi avons-nous besoin du Féminisme ?

Les inégalités sont une réalité et même si elles ont tendances à diminuer, elles n’ont pas pour le moins disparu. Un ras-le-bol d’être prédestinée à choisir parmi les pages roses des catalogues, des Barbies, de la dinette ou encore un aspirateur ? Mais pas seulement…

La discrimination salariale est une réalité. Les Femmes touchent moins que les Hommes à poste égal.

  • Les femmes cadres supérieurs gagnent 20 % de moins que les hommes cadres en équivalent temps plein. (Insee 2014)

  • Seulement 26,2% de femmes à l’Assemblée Nationale.

  • Une femme sur 7 est agressée sexuellement.

Même si ces chiffres sont tous connus du grand public, ils n’en restent pas moins effarants.

La pratique illégale de l’IVG est présente dans les pays d’Amérique Latine et d’Afrique mais pas seulement. Au Salvador une Femme qui avorte ou qui effectue une fausse couche se retrouvent condamnées à purger une peine de 30 ans de prison pour « homicide aggravé ». En Europe, Malte, Andorre, le Vatican et Saint-Marin l’avortement est toujours illégal. D’autres pays ne l’ont pas rendu interdit mais l’ont fortement restreint. C’est le cas de Chypre et de la Pologne. Dans ces deux pays l’IVG n’est autorisée que s’il existe des problèmes médicaux, s’il s’agit d’un viol ou d’une malformation du fœtus. En 2016, le gouvernement conservateur Polonais a tenté de limiter une fois encore le droit à l’avortement en ne l’autorisant que si la vie de la mère était en danger. Réforme qui a dû être abandonnée sous la pression de la rue.

Mes cher-es ami-es, non les féministes ne sont pas seulement des vieilles femmes aigries qui se retrouvent dans l’incapacité d’assouvir leurs désirs sexuels. Ce ne sont pas seulement des femmes qui militent les seins à l’air. Elles n’estiment pas toutes que l’écriture inclusive est la réforme la plus importante pour arriver à trouver l‘égalité. Rassurez-vous elles ne veulent pas non plus dominer le monde et encore moins réduire la gente masculine à l’esclavage.

Tout simplement les féministes souhaitent que le plus grand nombre se joigne à leur cause, que vous soyez Hommes, Femmes, Transgenre ou autre ; dans le but de défendre une Egalité pour tous et toutes. Se joindre à la cause féministe ne demande pas nécessairement beaucoup de temps. Tu peux t’impliquer dans une association, ou simplement aller manifester dans la rue pour lutter contre les manifestations antis- IVG. C’est également possible de militer dans ta famille lorsqu’à table, tonton macho est un peu bourré et t’affirme que « Si si les femmes vous-êtes la cause du chômage ». Alors tous ensemble « We can do it ».

#Féminisme #femen #afroféminisme #metoo #Weinstein #inégalités

0 vue0 commentaire